Poèmes pour le centenaire

29/07/21
Association DHMA

Les deux poèmes suivants ont été écrits par les enfants des rues recueillis à la « Casa de Frei Francisco » créée par Dom Helder Camara.(« Casa de Frei Francisco » (Maison de Frère François »)

Ils constituent ce que l’on qualifie de littérature « de cordel », une tradition du Nordeste brésilien : des livrets sont vendus dans la rue, chevauchant un cordeau ou une ficelle tendue, d’où le nom.

 

CENT ANS DE DOM

Il y a cent ans qu’il est né ;
Pour la Paix du Monde il a lutté.
En 2009, il aurait eu cent ans
Et le monde fête ses présents.
S’il était encore ici,
Il serait très chéri.
Il a beaucoup aidé les gens
Et les a rendus toujours très contents.
Durant ses 90 ans passés,
Il a offert tous ses prix bien mérités.
Avec eux, il a construit un foyer
Où de nombreux enfants sont aidés.
Tout au cours de sa vie,
Il a eu beaucoup d’amis.
Et longtemps, même à l’infini,
Du Père Henrique, il a senti la nostalgie.
Au palais de Manguinhos, il a refusé d’habiter,
Mais pour l’Eglise des frontières, il a opté.
Une vie simple, il a eu
Et près des pauvres toujours il fut.
Ne pouvant plus respirer, il s’en est allé,
Près de Dieu, il est resté.
Pour toujours il y demeurera,
Et de nombreux souvenirs, il nous laissera.
L’heure est venue de nous quitter.
Merci d’avoir lu ceci tout entier.
Beaucoup de choses nous avons appris
Et avons parlé de ce que l’on a compris.

Auteurs : Cáthaly Pâmela, Jéssica Maria, Katilye Oliveira, Ricardo Silva, Thayná Rodrigues.

 

UNE HISTOIRE DE DOM

Le Dom dont nous allons parler
N’est pas un don que l’on peut avoir.
C’est celui du « Dom de la Paix »
Et c’est un peu de cette histoire
Que nous allons vous conter.
Helder est devenu Prêtre et Archevêque
Il en a gagné un « Dom » devant son nom.
Il a alors couru de grands risques
Et fut persécuté par beaucoup de puissants.
En défendant le peuple, Dom Helder fut un guerrier ;
Ils ont tué le Père Henrique,
En le laissant être accusé ;
Mais personne ne faisait taire le Dom,
Ni le dernier, ni le premier venu.
Avec tout le courage d’un brésilien,
Il aimait aider le monde entier.
Avec une façon d’être
Qu’il te fallait connaître.
Il envoyait des messages de paix,
A la manière d’un brave garçon.
Et avec ces messages qu’il répandait
Il réconfortait le peuple qu’il aimait.
De nombreux pauvres, il a rendu heureux
En réduisant ces différences dont jamais il n’a voulu.
Tout le monde était frère, le monde entier l’était,
Et avec lui, il partageait le pain.
Helder était un prêtre bon ;
Il aimait rêver et y mettait tout son Dom.
C’est bien qu’à l’autel il soit monté,
Pour, avec son peuple, prier.
Conter cette histoire est difficile,
Mais on ne peut pas dire que ce fut un sacrifice.
Nous avons aimé faire ce livre de cordeau,
Et nous souhaitons que Dom ait aussi aimé, là au ciel.

Auteurs : Alessandra Maria, Elizama Lima, Roseane Barbosa, Tales Bonfim, Valentina Silva.

Partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *